Endométriose : de nouvelles directives pourraient améliorer le diagnostic

L’endométriose est une maladie gynécologique répandue. Pourtant, il faut généralement attendre plusieurs années pour que le diagnostic puisse être posé. La plupart des femmes souffrant d’endométriose subissent ainsi le retard, quasi systématique, d’une prise en charge adaptée. Face à ce constat, les pouvoirs publics ont décidé de réagir en prenant de nouvelles directives qui pourraient améliorer le diagnostic.

 

L’endométriose, une maladie courante et complexe

En France, on estime qu’une femme sur dix est atteinte d’endométriose, soit environ 2,5 millions de personnes. Des chiffres probablement minimisés, eu égard aux difficultés et aux lenteurs de diagnostic. Longtemps ignorée, cette maladie correspond au développement, à l’extérieur de la cavité utérine, de tissus semblables à ceux tapissant l’intérieur de l’utérus. Ces tissus prolifèrent ensuite et s’implantent sur d’autres organes, en passant par les trompes.

Le saignement de ces fragments, au moment des règles, cause d’intenses douleurs abdominales. Ces tissus peuvent provoquer des kystes, notamment sur les ovaires, et conduire à l’infertilité. Certaines endométrioses superficielles peuvent régresser spontanément. Mais les formes les plus graves nécessitent un traitement complexe et un diagnostic rapide.

 

Une prise en charge lente et difficile pour les patientes

Pourtant, il faut attendre environ sept ans en France pour être diagnostiquée comme souffrant d’endométriose. Les raisons de cette insuffisance sont à trouver dans le manque de formation des personnels de santé et l’absence de dépistage. Les examens permettant de poser le diagnostic consistent actuellement en une échographie ou d’une IRM en plus, dans certains cas, d’une biopsie. C’est donc pour faciliter et accélérer l’identification de la maladie qu’une équipe de chercheurs a élaboré une méthode jusque-là inédite.

Un test salivaire pour accélérer le diagnostic de l’endométriose

La start-up lyonnais Ziwig a indiqué, par le biais d’une communication dans la revue savante Journal of Clinical Medicine, la mise au point d’une innovation majeure : un test salivaire permettant de détecter la présence de l’endométriose. Baptisé Endotest®, ce test permet de recenser les biomarqueurs de la maladie dans la salive. Les résultats des premières études indiquent que le test serait fiable à 98 %

 

Les pouvoir publics prennent de nouvelles directives pour lutter contre la maladie

Les autorités de santé planchent désormais sur la méthode de remboursement qui permettra à toutes les femmes de bénéficier de ce dispositif. Parallèlement à la mise sur le marché d’Endotest®, le gouvernement a annoncé le lancement d’une stratégie nationale contre l’endométriose. L’objectif ? Faciliter et systématiser le diagnostic de la maladie pour améliorer la prise en charge des patientes. 

Les moyens mis en œuvre vont du soutien financier à la recherche scientifique, pour mieux comprendre la maladie, à la mise en place de parcours territoriaux de soins gérés par les régions, en passant par la sensibilisation massive à la maladie en créant un « réflexe endométriose».

Ces avancées scientifiques, combinées aux nouvelles mesures prises par le gouvernement, traduisent une volonté collective d’améliorer la prise en charge des personnes souffrant d’endométriose. Le combat contre cette maladie, officiellement reconnue comme affection de longue durée en 2022, est désormais une priorité nationale.

 

Sources :

https://www.endofrance.org/la-maladie-endometriose/qu-est-ce-que-l-endometriose/
https://presse.inserm.fr/un-test-salivaire-pour-diagnostiquer-lendometriose-vraiment-2/44876/
https://www.aphp.fr/contenu/endometriose-une-etude-de-cohorte-etablit-une-methode-de-depistage-basee-sur-le-simple
https://www.chu-lyon.fr/endometriose-ameliorer-le-parcours-des-femmes
https://www.gouvernement.fr/actualite/lancement-d-une-strategie-nationale-contre-l-endometriose

Categories: me soigner

Musicothérapie : les bienfaits de la musique sur la santé

Musicothérapie : les bienfaits de la musique  sur la santé

Entre la maison, le travail, la voiture, les transports et le sport, écouter de la musique contribue à réduire l’anxiété, la douleur ou encore à se motiver ! Si elle permet d’adoucir les mœurs, elle agit surtout sur notre état d’esprit et notre santé à plusieurs niveaux. Source de bien-être, la musique nous accompagne au quotidien et égaye nos journées !

Découvrez ses nombreux bienfaits :

La musique détend les muscles et réduit le stress. En effet, quand elle est appréciée, la musique peut aider à réduire un rythme cardiaque élevé causé par le stress. Elle permet de se détendre, diminue la tension artérielle et l’anxiété en baissant le taux de cortisol, l’hormone du stress.
La musique est motivante et source de plaisir. Lorsque nous écoutons une chanson, les circuits neuronaux sont stimulés, activant ainsi les mécanismes de motivation et de récompense. C’est pourquoi nous pouvons nous sentir plus déterminés à faire du sport. Certaines études scientifiques révèlent que la musique a un impact favorable sur la performance sportive : elle diminue les sensations de malaise, augmente la résistance à l’effort, aide à la concentration et à la préparation mentale !
La musique apaise les douleurs. Une musique qui nous fait du bien déclenche la production d’endorphines, diminuant ainsi les douleurs et l’angoisse. Elle est aussi souvent utilisée pour accompagner les patients avant ou après certaines opérations pour les aider à détourner l’attention sur autre chose. Véritable thérapie, elle contribue à diminuer certains symptômes de maladies liées à l’hormone du plaisir.
La musique booste la créativité. Les musiques d’ambiance aident à développer et stimuler la créativité. En effet, elles nous aident à surpasser les difficultés rencontrées en procurant un environnement créatif propice à l’expression de soi !
La musique stimule la mémoire et les fonctions cognitives. Selon certaines études, il est prouvé que jouer un instrument de musique ralentit le vieillissement du cerveau : cela permettrait de stimuler la zone cérébrale qui contrôle la mémoire, les langues et la motricité.
La musique améliore le sommeil et la relaxation. La douce mélodie d’une chanson a aussi des effets apaisants ! Son rythme peut impacter les muscles, la tension, la respiration et le cœur et ainsi faciliter l’endormissement, améliorer la qualité du sommeil et en augmenter sa durée.

Vous l’aurez bien compris ! Écouter ou jouer de la musique est une source de bien-être et d’émotions positives pour notre corps ! En stimulant le cerveau et en libérant de la dopamine et de la sérotonine, la musique permet de bien se sentir ! Cependant, attention ! Veillez à adapter le volume sonore à chaque écoute pour protéger et éviter d’endommager vos tympans !

Sources :

https://bit.ly/39UlzzJ

https://bit.ly/3FywBqa

https://bit.ly/3l19P0C

https://bit.ly/37FtVd

Actusanté

Categories: ActuSanté

Vigilance canicule : tous concerné !

Météo France a annoncé une alerte canicule. Ces fortes températures sont dangereuses pour les personnes fragiles et fragilisent les personnes en bonne santé. Un numéro dédié a été mis en place par le ministère de la santé : 0800 06 66 66 disponible du lundi au samedi de 9h à 19h (appel gratuit)

Chacun est affecté par cette canicule

En cas de forte chaleur, il est recommandé d’augmenter la quantité d’eau consommée, notamment pour les sportifs et les personnes travaillant en extérieur. La fatigue ressentie est un phénomène naturel, le corps ayant des mécanismes de défenses à la chaleur limité. Respectez des pauses régulièrement et restez si possible dans des endroits frais. Le corps se reposera dans un environnement inférieur à 25°, même si ce n’est que pendant quelques minutes : magasin, cinéma et bibliothèque sont très souvent climatisés ! Essayez également de maintenir votre habitat au frais, notamment en aérant durant la nuit et en fermant les volets la journée. Ne restez pas non plus isolé et téléphonez à vos proches qui le sont seuls. Il parait également utile de rappeler de limiter les activités physiques et les sorties aux heures les plus chaudes….

     

Recommandations particulières pour les personnes fragiles en cas de forte chaleur

Les personnes âgées et les jeunes enfants ainsi que les malades (affections aigues ou chroniques) sont particulièrement exposés dans ces périodes de vigilance canicule. Leurs corps n’ont qu’une capacité limitée à se défendre de la chaleur et les mécanismes existants sont moins performants. De même, les impacts de la déshydratation sur leurs organismes auront des conséquences plus lourdes pouvant aller jusqu’à la mort. L’apport hydrique est vraiment la première protection. L’alimentation normale, même si la faim est estompée par le phénomène, et la ventilation des lieux de vie est primordiale pour passer cet épisode sans encombre.

Symptômes inquiétants en cas d’alerte canicule

Les fortes chaleurs peuvent entrainer des déshydratations importantes, pouvant provoquer des malaises. Une augmentation forte de la température corporelle, une peau chaude, rouge et sèche, des maux de tête, des nausées, une somnolence, une soif intense, une confusion, des convulsions et une perte de connaissance sont les signes d’un coup de chaleur. Alertez votre médecin ou le 15 si vous ou une personne de votre entourage se trouve dans cette situation !

Quelles sont les mesures préventives à prendre ?

Préférer sortir dans les endroits frais ou rafraichis comme les espaces verts. Assurer une bonne ventilation des pièces, le renouvellement de l’air dans toutes les pièces de vie est important, par une ventilation naturelle ou mécanique. L’utilisation de climatisation ou de ventilateur est conseillé, si c’est possible. Utiliser un brumisateur pour refroidir et rafraichir le corps.

Les gestes barrières sont d’autant plus recommandés durant cette période de forte chaleur.

Attention chez les personnes symptomatiques atteintes du Covid-19, le paracétamol étant très fréquemment utilisé, si le patient est aussi atteint d’un coup de chaleur, le paracétamol ne sera indiqué que sous autorisation médicale car celui-ci peut agresser le foie déjà agressé par le coup de chaleur.

Pour plus d’informations :

https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/risques-climatiques/canicule

https://ansm.sante.fr/Dossiers/Conditions-climatiques-extremes-et-produits-de-sante/Canicule-et-produits-de-sante/(offset)/0#paragraph_26194

http://vigilance.meteofrance.com/

Categories: me soigner

Qu’est-ce que la naturopathie ?

Qu’est-ce que la naturopathie ?

La naturopathie est une approche médicale naturelle dont les origines remontent à l’Antiquité. Selon l’OMS, elle correspond à la 3ème médecine traditionnelle et vise “à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques ».

Le rôle du naturopathe est d’aider chaque patient à identifier la cause de leurs maux et à restaurer l’équilibre de leur organisme grâce à des conseils naturels et adaptés (qui sont principalement liés à l’hygiène de vie, l’alimentation, mais aussi la gestion du stress et des émotions).

En trouvant l’équilibre entre des dimensions propres à chacun (biologiques, physiologiques, psychologiques ou émotionnelles), il essayera de créer une harmonie complète de bien-être à la fois physique, mental et social.

La naturopathie repose sur 5 piliers principaux, inspirés des premiers principes établis par Hippocrate lui-même :

Le vitalisme : cette tradition philosophique est basée sur le fait que, dans chaque organisme, il existe une énergie vitale qui permet l’auto-guérison. Cela expliquerait les phénomènes de cicatrisation, de vomissement ou encore de sudation.
Le causalisme : ce pilier est propre à la naturopathie, car il est basé sur le fait de chercher la cause initiale de la maladie. La spiritualité de la personne malade est aussi étudiée pour trouver des liens de causalité.
L’humorisme : il s’agit de la science qui étudie les « humeurs », c’est-à-dire les liquides corporels (sang, lymphe et liquides intra et extracellulaires). En naturopathie, la qualité de ces humeurs garantissent un bon ou mauvais état de santé.
L’hygiénisme : une hygiène de vie adaptée à chaque personne permettrait de favoriser un pouvoir d’auto-guérison de l’organisme.
L’holisme : ce pilier considère l’humain comme un “tout”, c’est-à-dire qu’il est à la fois un être physique, énergétique, psycho-émotionnel et spirituel. Tous ces éléments sont liés ensemble dans la naturopathie.

Quand consulter un naturopathe ?

Vous pouvez consulter un naturopathe à tout moment et quel que soit votre âge ! Même si vous êtes en bonne santé, vous pouvez en consulter un dans un objectif de prévention, afin de garder et d’optimiser votre vitalité et bien-être.

La naturopathie peut également vous aider si vous avez des problèmes de santé mineurs ou fonctionnels chroniques, tels que des troubles de la digestion et du transit, de la fatigue chronique, des douleurs musculaires, articulaires, des troubles de la peau (acné, psoriasis,….), des problèmes récurrents de la sphère ORL (otite, sinusite, asthme,…), des troubles hormonaux, des manifestations allergiques, une mauvaise gestion du stress, des insuffisances veineuses, des troubles rhumato-articulaires, etc.

Enfin, vous pouvez aussi consulter un naturopathe si vous désirez vous faire aider dans une démarche plus personnelle et personnalisée. Par exemple, si vous voulez perdre du poids, améliorer vos défenses immunitaires, optimiser votre fertilité, etc.

Comment se déroule une séance de naturopathie ?

Afin d’aider et de conseiller au mieux chacun de ses patients, le naturopathe va, lors de la première séance, suivre 3 étapes :

1 – Un bilan de santé naturopathique : le naturopathe va observer votre morphologie (formes et proportions de votre corps, de votre visage et de vos mains), votre iris, voire effectuer une prise de pouls, faire un bilan énergétique, etc. Tout cela dans le but de mesurer votre capacité vitale, autrement dit votre capacité d’autoguérison et vos prédispositions naturopathiques.

2 – Un questionnaire approfondi : le naturopathe va essayer de comprendre votre motif de consultation, vos besoins, vos attentes, vos antécédents personnels, familiaux et médicaux, vos éventuels traitements en cours, votre hygiène de vie (sommeil, alimentation, activité physique, votre environnement émotionnel, etc.), votre gestion du stress, etc.

Ce questionnaire, particulièrement détaillé, permettra de comprendre comment fonctionne votre organisme.

3 – Un programme d’hygiène vital : en fonction de toutes les informations récoltées, le naturopathe établira un programme constitué de conseils naturopathiques personnalisés. Cela permettra d’assurer une prise en charge globale en fonction des différentes dimensions évoquées au début de cet article (biologiques, physiologiques, psychologiques ou émotionnelles).

À la fin de cette première séance, le naturopathe définira avec vous le nombre de séances nécessaires.

Conclusion

En prenant en compte tous les aspects de la personne, la naturopathie permet de contribuer à maintenir et/ou rétablir sa santé par des moyens naturels et adaptés. Le naturopathe va chercher à agir sur la cause des maux (et non les symptômes), et guider chaque patient à devenir acteur de sa propre santé.

Attention ! Si cette pratique est reconnue par l’OMS, elle ne se substitue jamais à la médecine traditionnelle ! Elle s’inscrit en complémentarité à cette dernière.

Pour en savoir plus sur la naturopathie, n’hésitez pas à prendre rendez-vous auprès d’un naturopathe !

Actusanté

Categories: ActuSanté